Seconde conférence internationale sur l’Effectuation, logique d’action des entrepreneurs

Aujourd’hui s’ouvre à LYON la seconde conférence internationale sur l’Effectuation, dont je suis l’un des organisateurs. L’Effectuation trouve son origine dans les travaux de recherche menés à la fin des années 90 par Saras Sarasvathy, une doctorante d’origine indienne, ancienne entrepreneuse, conduits sous la direction d’Herbert Simon, prix Nobel d’économie, à l’université Carnegie Mellon aux Etats-Unis. Sarasvathy cherchait à identifier les fondements microéconomiques du raisonnement entrepreneurial. Ses résultats ont bouleversé notre manière de voir comment les entrepreneurs raisonnent et agissent dans leur démarche de création.

La théorie de l’Effectuation est développée depuis dix ans maintenant, mais elle commence seulement à gagner en visibilité. Ce n’est pas surprenant car elle prend à rebrousse-poil de nombreux principes fermement ancrés dans notre éducation, comme la nécessité d’avoir des objectifs clairs avant d’agir, ou celle d’avoir une méthode précise pour arriver à un résultat. Si les entrepreneurs s’y reconnaissent rapidement (« Eh, mais c’est ce que j’ai fait depuis le début ! »), d’autres publics, comme notamment les ingénieurs, les français formés dans une culture cartésienne (voir mon article sur le sujet ici), et le monde universitaire en général sont parfois déroutés par ce qui leur semble être une absence de méthode et un manque de rigueur.

Malgré cela, l’Effectuation connait un développement important et sans doute est-ce dû à cette combinaison relativement rare de solidité théorique et d’intérêt pratique qui la caractérise. Dans le monde universitaire, le nombre d’articles qui y font explicitement référence augmente, y compris dans les meilleures revues. Une première conférence internationale sur l’Effectuation a été organisée à EMLYON en décembre 2011 en présence de Saras Sarasvathy et Stuart Read, deux des chercheurs principaux du domaine, qui a évoqué les questions de recherche mais aussi d’enseignement. C’est donc la seconde édition de la conférence qui s’ouvre aujourd’hui.

L’Effectuation a également gagné en visibilité chez les praticiens (entrepreneurs, investisseurs, accompagnateurs), la reconnaissance qu’un projet entrepreneurial n’est pas planifiable dans ses premières étapes étant désormais acquise aussi bien chez les entrepreneurs que chez les investisseurs. Le succès d’un ouvrage comme « Lean startup », qui défend une approche similaire, en atteste.

La publication de l’ouvrage de référence, Effectual Entrepreneurship, en 2010, a marqué une étape importante pour rendre accessible l’Effectuation aux praticiens. Écrit par les auteurs principaux de la théorie, ce livre est à la fois solidement théorique et très pratique. Il est utile aussi bien aux chercheurs qu’aux praticiens, et sa lecture est indispensable au créateur d’entreprise. En plus, ce qui ne gâte rien, il est plein d’humour, bourré d’exemples concrets, très agréable à lire, sous un format magazine avec des encarts.

Cet ouvrage constitue donc un point d’entrée idéal pour ceux qui souhaitent découvrir l’Effectuation. Le site Web officiel de l’Effectuation offre de nombreuses ressources pour les chercheurs et les enseignants, comme des vidéos, des cas, des présentations Powerpoint de cours, etc. Pour les lecteurs francophones, l’ebook que je viens de publier sur l’Effectuation offre une bonne introduction à cette théorie et à ses aspects pratiques.

Au final l’Effectuation enrichit notre façon de théoriser mais aussi de pratiquer l’entrepreneuriat. Au-delà, l’Effectuation séduit parce qu’elle promeut une vision délibérément optimiste de l’entrepreneuriat : en posant que l’entrepreneuriat peut prendre des formes multiples, que les entrepreneurs sont des gens comme les autres, que leur approche peut être formalisée, et donc apprise, elle nous enseigne que tout le monde, vraiment tout le monde, peut devenir entrepreneur, mais chacun à sa manière. En ces temps de crise économique et sociale, c’est un message qui mérite d’être entendu.

A noter que la conférence se terminera avec une table ronde sur l’avenir de la recherche en entrepreneuriat, en présence de Dean Shepherd, éditeur du Journal of Business Venturing, la principale publication dans le domaine de la recherche entrepreneuriale.

La conférence a lieu à EMLYON Business School sur le campus d’EMLYON du 3 au 4 juin 2013 en partenariat avec l’Université de Twente (Pays-Bas). Plus de 40 chercheurs participeront, venant d’Europe, d’Asie ou des Etats-Unis et elle se tiendra en présence de Saras Sarasvathy.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s